Cariste, prévention et sécurité

Les missions du cariste dans l’entreprise sont diverses :  acheminement, stockage et déstockage de marchandises.

Ces diverses missions exposent le cariste à de nombreux risques : heurts de piétons, renversement latéral du chariot, chutes, écrasement, troubles musculosquelettiques, stress…

Le cariste occupe donc un rôle très important dans la chaîne de production puisque c’est lui qui assure la mise à disposition des marchandises et veille également aux ruptures de stocks (lors de la préparation de commandes). Le cariste est soumis à des cadences de travail soutenues et souvent des horaires décalés.

Le cariste est donc exposé à de nombreuses situations à risques qui sont la cause, chaque année, de plusieurs milliers d’accidents avec arrêt de travail et déclarations de maladies professionnelles.

La prévention est donc essentielle pour ce métier. La prévention passe par la formation, l’information et du matériel adapté.

Quelques règles de sécurité essentielles à prendre en compte par l’employeur et le cariste :

Tout employeur est tenu de veiller à la santé et à la sécurité de ses salariés. C’est donc à lui d’évaluer les risques au sein de son entreprise et de mettre en place les process sécurité adaptés.

Formation cariste et information de prévention et sécurité :

L’employeur doit faire suivre une formation adaptée aux caristes de son entreprise (même si ce sont des contrats courts).

Il doit également rappeler régulièrement la bonne conduite à adopter et sensibiliser les salariés aux risques.

 

Matériel :
  • Choisir un chariot automoteur adapté aux charges à déplacer, aux hauteurs de stockage de l’entrepôt,  ainsi qu’à l’environnement de travail.
  • Le chariot doit avoir la meilleure stabilité possible ou être équipé d’un système d’assistance à la conduite.
  • En tant que cariste, exigez un siège qui filtre les vibrations (afin de diminuer les troubles musculo-squelettiques).
  • Optez pour des chariots équipés d’un système de retenue du cariste (pour éviter les risques de renversement latéral et d’éjection)
  • Tout chariot doit être équipé d’un dispositif d’avertissement sonore afin d’éviter les collisions engins-piétons.

Source : INRS

formation caces toulouse

Financez votre formation avec votre CPF

Votre formation sécurité en quelques clics

Grâce au nouveau site https://www.moncompteformation.gouv.fr/ (ou à l’appli sur votre smartphone), se former n’a jamais été aussi simple et rapide ! vous pouvez vous inscrire à des formations en seulement quelques clics.

La procédure pour s’inscrire en formation  :

  • Vous vous rendez sur le site https://www.moncompteformation.gouv.fr/
  • Vous vous connectez à votre espace personnel,
  • Vous cherchez votre formation,
  • Vous choisissez votre formation parmi la liste proposée,
  • Vous cliquez sur « m’inscrire à cette formation ».
  • Nous vous contactons pour bien valider avec vous le besoin de formation et vous proposer des dates.
  • Vous cliquer ensuite sur « accepter la proposition de l’organisme et finaliser l’inscription »
  • Vous recevez votre convocation de formation.

Cette procédure concerne les salariés, les indépendants, les demandeurs d’emploi…. toute personne titulaire d’un compte et budget CPF.

Désormais, chacun décide et prend en main son avenir professionnel  !

L’autorisation de conduite CACES® obligatoire ?

Quelles sont les obligations de l'entreprise en matière d'autorisation de conduite ?

On a souhaité faire un point sur l’autorisation de conduite, car vous êtes nombreux à nous poser les questions suivantes :

  • l’autorisation de conduite est-elle obligatoire ?
  • si mon salarié a son Caces®, est-ce que je suis obligé de lui faire une autorisation de conduite ?
  • et quand on est une agence intérim, qui doit faire l’autorisation de conduite ?
  • faut-il une autorisation de conduite pour chaque site ?
  • l’autorisation de conduite remplace t’elle le CACES® ?

Rappel de la règlementation :

Tout employeur doit remettre à ses salariés, amenés à conduire des engins de manutention (chariots élévateurs, Nacelles élévatrices ou engins de chantier) une autorisation de conduite.

Le conducteur devra être formé à la conduite de ou des engins, et sa formation réactualisée aussi souvent que nécessaire,

Son aptitude médicale aura été vérifiée pour la conduite des nacelles,

Ses connaissances théoriques et pratiques seront attestées par des épreuves (tests),

Il connaîtra les lieux et les consignes à respecter sur le site d’utilisation de la plate-forme.

Il aura une autorisation de conduite délivrée par son employeur.

Quelle est la durée de validité d’une autorisation de conduite ?

La durée de validité d’une autorisation de conduite dépend de la plus courte durée de validité, donc de l’aptitude médicale (la visite médicale s’effectue tous les 2 ans environ), soit celle du contrôle des connaissances (entre 5 et 10 ans). 

C’est donc à l’employeur d’être vigilant sur ces points. Il vérifie régulièrement l’aptitude médicale de son salarié, mais  observe également sa capacité à pérenniser ses acquis sur la conduite en sécurité des engins durant sa mission.

Dans tous les cas, la durée de validité de l’autorisation de conduite ne peut excéder la durée de validité de l’aptitude.

Cas particulier des agences intérims ou entreprises extérieures intervenant sur site :

Quand le conducteur d’engin est salarié d’une entreprise extérieure intervenant dans une entreprise « utilisatrice » – comme par exemple un intérimaire, c’est l’employeur du salarié, dans ce cas l’agence intérim qui est responsable des mesures de prévention nécessaires à la protection de son personnel. Il est donc également responsable de la formation du conducteur et c’est lui qui délivre l’autorisation de conduite en prenant bien en compte la réglementation rappelée ci-dessus. 

Il n’est pas nécessaire de refaire l’autorisation de conduite à chaque fois que l’intérimaire est envoyé dans l’entreprise utilisatrice.

Voir le modèle d'autorisation de conduite CACES®

La nouvelle Recommandation CACES® R489

La nouvelle Recommandation R489

Depuis le 01/01/2020, la nouvelle Recommandation R489 (qui remplace la R389) est entrée en vigueur :

Il n’y a plus 6 catégories comme sur la R389, mais 8 catégories de CACES® Chariots automoteurs à conducteur porté, auxquelles s’ajoute une 9ème catégorie « Hors-Production ». Soit 9 au total.

Pour les chariots dotés d’équipements interchangeables, il est nécessaire, après obtention du CACES® de sa catégorie, de suivre une formation complémentaire.

formation cariste
Poursuivre la lecture

Les catégories de chariots élévateurs – CACES® R389

Quelle catégorie de chariot pour quel CACES® ?

Dans la recommandation R389, il existe 6 catégories de chariots, qui correspondent à des applications différentes. C’est pourquoi il est important de bien choisir la ou les catégorie(s) de CACES® pour se former. 

Les chariots automoteurs de manutention sont utilisés par de nombreuses entreprises, dans tous les secteurs d’activité. Mais attention, la manipulation et la conduite d’un chariot présente des risques. Afin d’éviter les accidents, il est important que le conducteur soit bien formé sur la bonne catégorie de chariot, et respecte ainsi les consignes de sécurité.

La recommandation R389 de la CNAMTS définit les conditions d’utilisation des chariots automoteurs (à conducteur porté).

Les chariots automoteurs sont divisés en 6 catégories, et à chaque catégorie correspond un CACES®.

Important : le CACES® pour une catégorie n’autorise pas la conduite d’un chariot d’une autre catégorie.

Les catégories de chariots élévateurs du CACES® R389

Voir le programme de formation >